Douleurs de règles: comment les apaiser

Même si parfois elles servent un peu rapidement d’argument utilisé par les jeunes filles  pour éviter les cours d’EPS ou toute autre activité sportive, les règles douloureuses sont pourtant bien une réalité que vivent de nombreuses femmes.

Comment apaiser et calmer ces malaises afin que cette partie du cycle féminin ne devienne pas une période que l’on voit arriver avec angoisse ?

Le syndrome prémenstruel est un ensemble de symptômes qui surviennent plus ou moins longtemps avant les règles et qui se révèlent plus ou moins gênants.

Pour une grande moitié de la population féminine, ces symptômes sont légers et ne représentent pas une réelle difficulté dans la poursuite de la vie quotidienne.

Pour 20 à 30% cela constitue un vrai handicap et peut constituer un obstacle dans la gestion des activités courantes.

 

Les causes de ce syndrome prémenstruel que l’on appelle scientifiquement dysménorrhée, parce qu’il indique un léger ou plus important dysfonctionnement, d’où le préfixe  » dys », ne sont  pas totalement connues, mais l’on sait la fluctuation évidente des hormones sexuelles en fait partie. En fonction de l’équilibre hormonal, ce syndrome est donc plus ou moins marqué.

 

  • La dysménorrhée primaire apparaît chez la jeune fille à l’arrivée des premières règles et n’a rien de grave, à priori. Elle est juste très fatigante et handicapante.
  • Lorsque le  symptôme apparaît chez une  femme qui ne l’a jamais connu  au préalable, il s’agit alors, d’une  dysménorrhée secondaire. Ceci est moins ordinaire et nécessite une consultation médicale.

Les douleurs ressenties dans le bas du ventre, sont dues aux contractions de l’utérus  qui, en l’absence de grossesse, doit éliminer à la fin du cycle, la muqueuse utérine.

Afin d’effectuer correctement leur travail, les contractions doivent avoir une puissance suffisante. C’est ce qui les rend parfois très douloureuses et provocatrices de maux divers.

En effet outre ces douleurs  provoquées par les spasmes dans le bas-ventre, le syndrome pré-menstruel peut se décliner en divers autres maux: douleurs dans les reins, nausées, crampes, vomissements, migraines, fatigue, irritabilité…

Ces malaises qui apparaissent seuls ou conjointement sont, la plupart du temps, relativement bien tolérés, mais parfois, et chez plus de femmes, surtout de jeunes filles que l’on ne le croit, très handicapants.

Comme réponse au problème, la médecine classique préconise des anti-inflammatoires.

On connait les effets secondaires que peuvent provoquer ces remèdes allopathiques.

Or les médecines naturelles comme l‘homéopathie, la phytothérapie, et l’aromathérapie entre autres possèdent un très large éventail de possibilités pour apaiser ces troubles.

Il serait vraiment dommage de s’en priver.

Vous trouverez les solutions préconisées en phytothérapie dans l’article suivant:

La phytothérapie dans le traitement des règles douloureuses

Le lien suivant présente les réponses présentées par l‘homéopathie.

Soulager la dysménorrhée avec l’homéopathie

Que propose quant à elle,  l’aromathérapie ?

 

  • Pour apaiser les douleurs du bas-ventre:

L’huile essentielle d’Estragon est une excellente anti-spasmodique. Un petit massage sur les zones douloureuse fera le plus grand bien.

  • Pour calmer douleurs physiques et émotionnelles

Les huiles essentielles de Mandarine et de Petit grain bigarade, aux propriétés sédatives , aideront à calmer  l’organisme dans sa totalité.

Par voie orale ou en sublingual, la prise de 1 à 2 gouttes de l’une d’entre elles, 3 à 4 fois fois par jour apportera apaisement et relaxation.

Si les douleurs sont particulièrement importantes, vous pouvez préparer une synergie comme celle qui suit :

HE d’ Estragon: 2 gouttes

HE de Petit grain bigarade: 1 goutte

HE de Sauge sclarée: 1 goutte

 HE de Mandarine:1 goutte

et masser le bas du ventre et le bas du dos 3 à 5 fois par jour, pendant la période douloureuse. Attention l’huile essentielle de Sauge sclarée est oestrogen-like, il ne faut donc pas l’utiliser sur du trop long terme. Mais Sur 4 à 5 jours il n’y a pas de problème.

  • Pour les maux de tête:

L’huile essentielle de Menthe poivrée, en massage sur le front sera également une bonne alliée.

  •  Pour les nausées:

1 goutte d’huile essentielle de Menthe poivrée en sublingual ou diluée dans une cuillerée à café de miel à laisser fondre dans la bouche, 2 à 3 fois par jour.

ou, si vous ne supportez pas la Menthe poivrée, 1 goutte d’huile essentielle d’Estragon ou de Basilic, selon le même procédé.

 

Un syndrome prémenstruel dont les symptômes sont particulièrement éprouvants, au point de constituer un réel problème , provient d’un déséquilibre hormonal qu’il est possible de réguler par l’aromathérapie. Mais ceci demande une consultation plus approfondie avec un aromathérapeute. Si vous pensez que cela peut vous aider n’hésitez pas à prendre rendez-vous, chez un praticien.

 

Les règles douloureuses correspondent donc bien à une réalité pour une partie de la population féminine. Très souvent les malaises qu’elles induisent peuvent être réglés d’une façon naturelle grâce aux médecines douces, dont l’aromathérapie. Pensez-y!

LogoMetL

 

 

Estragon / Artemesia dracunculus

Mandarine / Citrus reticulata

Petit grain bigarade / Citrus aurantium var.auriantum

Sauge sclarée / Salvia sclarea

………………………

Important: les indications données dans le cadre de cet article le sont à titre d’informations, d’échange de connaissances et d’expérience. Elles ne constituent en aucun cas une prescription. Si vous avez un doute quelconque, adressez-vous à votre médecin.

Vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous à la newsletter (dans la colonne de droite) et vous recevrez les nouveaux articles gratuitement dans votre boite aux lettres !

 

2 comments

  • Boudi

    Bonjour

    Je voulais vous remercier pour vos indications. J’étais en recherches de solutions naturelles pour mes règles très très douloureuses, à force de prendre des médicaments de + en + fort et qui finissaient par me faire plus d’effets secondaires qu’autre chose, j’ai cherché avec l’homéopathie et les huiles essentielles, j’ai essayé votre proposition de synergie, sans la sauge sclarée, je suis ravie d’être soulagée naturellement, en plus j’adore l’odeur. Alors encore une fois, un GRAND merci =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *