Panaris : une infection à ne pas mépriser

Provoqué par une blessure, porte d’entrée potentielle de germes, le panaris est une infection connue à laquelle nous sommes tous plus ou moins sujets un jour ou l’autre.

Pourquoi avons-nous des Panaris ?

L’origine la plus courante et la plus connue est sans nul doute les traumatismes même minimes des ongles et des pourtours des ongles, comme par exemple, une petite peau que l’on arrache tant bien que mal parce qu’elle nous dérange, même si l’on sait très bien qu’il vaudrait mieux la couper, mais également une écharde, une petite coupure, une piqûre …

Les autres facteurs de risque sont les ongles coupés trop courts, les soins de manucure mal réalisés, mais aussi les déficits immunitaires, qui laissent l’organisme sans défense face à la moindre attaque et facilitent l’aggravation des infections, le diabète qui prédispose aux infections.

Qu’est-ce qu’un Panaris ?

 

Les symptômes du panaris sont : une douleur, une rougeur et / ou  une chaleur ressentie sur la zone.

Il peut se situer sur toute les zones du doigt.

Plus souvent sur le dessous de l’ongle, il peut également se trouver sur le pourtour, le côté ou le dos du doigt. On en trouve parfois même sur la paume de la main.

Le germe responsable du panaris est le staphylocoque doré. Il n’est donc pas anodin et doit être traité rapidement pour éviter de dégénérer et d’atteindre les os, et les articulations, provoquant des séquelles très ennuyeuses.

Comment se forme un Panaris ?

On peut dissocier trois étapes dans la formation du panaris :

  1. L’origine : coupure, blessure …  Aucun symptôme particulier
  2. Le début de l’inflammation ou  stade phlegmasique : légère  sensation douloureuse, début de rougeur, sensation de chaleur sur la zone.
  3. Le stade ultime ou collection : douleur permanente, sensation de battements dans le doigt, rougeur et chaleur plus importante. Puis fièvre et ganglion sous l’aisselle qui indiquent une diffusion de l’infection plus importante. A ce stade, la personne s’expose à certaines complications comme la diffusion de l’infection en surface avec l’apparition de points purulents, ou des complications en profondeur comme indiqué plus haut, touchant les os, les tendons, les articulations.

Il est donc important d’intervenir le plus rapidement possible.

Que faire face à un début de Panaris ?

Heureusement les Huiles Essentielles sont extrêmement efficaces pour ce problème et nous permettent de le prendre en charge dès les premiers symptômes, même si, ais-je envie de dire, nous ne sommes pas certain que ce soit réellement un début d’un panaris. Au pire les Huiles Essentielles utilisées renforceront notre système immunitaire.

 

Quelles Huiles Essentielles utiliser ?

Toutes les Huiles Essentielles antibactériennes à large spectre peuvent venir en aide  mais les plus intéressantes sont très certainement celle de Lavande vraie, de Tea-tree et celle d’Origan compact.

 

L’Huile Essentielle de Lavande vraie est réputée pour lutter très efficacement contre le staphylocoque doré.

Celle de Tea-tree est reconnue comme antibactérienne majeure tout en étant très douce.

Celle d’Origan compact est extrêmement puissante mais elle est très forte et donc à manipuler avec précaution.

Pour plus de précisions sur comment les utiliser, voyez ici la fiche : Panaris

 

Une dernière précision, si vous êtes sujet à ce genre de maux, sans doute votre immunité est-elle faible. Prenez donc le temps de la renforcer. Vous trouverez des idées pour cela dans l’article suivant : Booster son immunité

Vous avez aimé cet article ?

N’hésitez pas à le partager.

Vous pouvez également venir regarder ce qui se passe sur ma page facebook :https://www.facebook.com/mentheetlavande/, liker et faire suivre.

Vous serez ainsi directement connecté(e) aux nouveaux articles et nouvelles fiches du site.

Important:

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *