Le soleil, pourquoi est-il vital de vous y exposer ?

D’après entre autres, le livre du Dr Brigitte Houssin  » Soleil, mensonges et propagande »

 

Depuis quelques années et surtout depuis deux ans la vitamine D fait beaucoup parler d’elle en particulier dans les courants de médecine alternative. 

La principale propriété que la médecine officielle lui reconnaît est celle de participer à la formation et à la solidité des os. Elle est pour cela de plus en plus prescrite à partir de 50 ans. Les proportions ne sont pas forcément celles qui ont l’impact nécessaire mais c’est déjà un premier pas.

En parallèle, dans les courants un peu moins officiels, on a compris à quel point cette vitamine est bonne pour entretenir un système immunitaire au top. Les recommandations, jamais officialisées pendant l’épidémie de Covid 19 en sont un bon exemple.

Mais la Vitamine D est beaucoup plus que cela.

 

Dans ce livre passionnant dont le sous-titre est  : « Ne fuyez plus le soleil, il vous protège du cancer », le DR Houssin passe en revue un grand nombre d’études concernant l’impact de la vitamine D sur de nombreuses pathologies, nous explique les différents types de Vitamine D et comment faire au mieux pour en profiter au maximum.

Je vous donne ici les idées à mon avis principales à retenir.

Une vitamine indispensable à la santé de l’os

 

La vitamine D intervient sur l’os de deux façons :

  • D’une part grâce à une action directe sur l’intestin et sur l’os qui permet aux minéraux d’être absorbés puis incorporés à l’os
  • D’autre part par son intervention sur les gênes de la fabrication de l’os.

Dans le cas de l’ostéoporose c’est surtout le second mécanisme qui est en cause.

Selon une étude finlandaise, 2/3 des personnes ayant une fracture de hanche à la fin de l’hiver ont un déficit de Vitamine D contre 1/3 seulement à la fin de l’été.

Une vitamine précieuse contre les chutes 

 

Plusieurs études réalisées dans des pays où les femmes n’exposent pas beaucoup leur corps au soleil, montrent que 3/4 des femmes souffrant de douleurs musculaires et / ou articulaires avaient un taux très bas de Vitamine D.

Le tissu musculaire contenant des récepteurs à la vitamine D il semble logique que celle-ci ait une action sur la force du muscle.

Plusieurs études réalisées sur des personnes âgées ont montré une diminution de 20% du risque de chute pour les personnes supplémentées par rapport à celles ayant reçu un placébo.

Il semble logique en effet qu’en augmentant la force musculaire l’apport en Vitamine D favorise un meilleur équilibre et donc une diminution du risque de chute.

Une vitamine qui renforce l’immunité

 

Pourquoi les épidémies de grippe sont-elles saisonnières et arrivent-elles très souvent dans le courant de l’hiver ?

Le virus de la grippe est présent tout au long de l’année et se transmet également tout au long de l’année. 

La seule différence entre l’été et l’hiver est le taux de vitamine D dû à l’exposition au soleil.

En 1919 une étude très poussée a été réalisée au moment où la grippe espagnole sévissait, grâce à des marins de l’armée américaine qui, malgré le fait qu’ils aient été exposés de façon très puissante et à plusieurs reprises face à des personnes atteintes de cette grippe, ne l’ont pas attrapée. Ces marins passaient  leurs journées à l’extérieur et donc exposés au soleil.

Au cours de ces 20 dernières années la mortalité des personnes âgées n’a pas diminué malgré la vaccination de masse.

En revanche des taux de vitamine D trop bas sont régulièrement constaté chez ces mêmes personnes.

Une Vitamine qui protège du cancer

 

Les premiers travaux évoquant le lien entre le taxu d’ensoleillement et la diminution de taux de cancer datent de 1980. Pourtant les recommandations en ce sens sont encore très timides voir inexistantes.

En 2008 une analyse des recherches sur ce sujet montre que la relation entre taux de vitamine D et cancer sont très liés.

Les recherches montrent également un effet de la vitamine sur la prolifération et la croissance des cellules cancéreuses et leur élimination.

LA vitamine D intervient de trois façons.

  • En différenciant les cellules
  • En freinant le processus d’évolution de la cellule souche en cellule tumorale.
  • En programmant l’apoptose de la cellule malade c’est à dire sa mort. 

Il serait trop long de citer toutes les interventions de la vitamine D sur les cellules cancéreuses et de parler de toutes les recherches réalisées en ce sens, mais le fait est qu’une réelle corrélation a été trouvée et qu’elle doit être plus que prise en considération.

Quelle type de vitamine D pour se protéger du cancer ?

 

De nombreuses recherches se sont également penchées sur le type de vitamine D le plus adéquat. « Toutes les formes les plus connues ont une action contre le cancer mais celle fabriquée dans la peau par l’action du soleil est la plus complète, elle est irremplaçable », nous dit le Dr Houssin

De nombreuses autres études sont en cours par rapport à la relation du taux de Vitamine D avec la bonne santé de nos organes comme :

  • les reins
  • le foie
  • les yeux
  • la peau

ou l’apparition de certaines pathologies comme :

  • les maladies auto-immunes
  • le psoriasis
  • les allergies cutanées
  • les maladies rhumatismales
  • les maladies inflammatoires de l’intestin
  • l’asthme …

Toutes montrent la plupart du temps une réelle corrélation, même si pour certaines les conditions dans lesquelles elles ont été effectuées ( nombre de participants par exemple) ne leur permettent pas d’exposer encore les résultats de façon officielle.

Comment faire pour profiter au mieux de toutes ces propriétés ?

 

Comment atteindre le bon taux de Vitamine D ?

L’exposition au soleil est indispensable. 

Le manque de Vitamine D fait malheureusement partie de la société actuelle. Plusieurs raisons à cela :

  • le mode de vie qui nous éloigne de l’extérieur
  • les crèmes solaires sur-utilisées depuis les années 80
  • la pollution qui filtre les rayons du soleil
  • les recommandations de ne pas s’exposer 

Il est donc important de revenir sur certaines notions et habitudes, instaurées depuis quelques dizaines d’années.

Les composants du rayonnement solaire et leur impact sur notre peau et notre organisme.

 

Les rayons ultra-violets, (UV) appelés comme cela du fait qu’ils se situent au-dessus de la couleur violette visible par l’œil.

Ils ne représentent que 5% des rayons émis par le soleil, on les classe en UVA, UVB et UVC en fonction de leur longueur d’onde.

  • Les UVC possèdent la plus courte longueur d’onde, et sont les plus dangereux car ce sont ceux qui peuvent pénétrer le plus profondément dans notre corps. La très grande majorité est arrêtée par la couche d’ozone, seuls – de 1% arrivent jusqu’à nous.
  • Les UVB de longueur d’onde moyenne ne constituent que 2% des UV qui nous parviennent. Ce sont eux qui sont responsables de la rougeur de la peau ce qui, précise le Dr Houssin a certainement conduit à surévaluer leur importance dans les les lésions cutanées.

Surtout ce sont eux qui permettent de produire la Vitamine D dans la peau.

  • Les UVA, très peu filtrés par la couche d’ozone représentent le reste des UV qui nous parviennent, soit environ 97 %. Ils atteignent les couches profondes de la peau, ils sont responsables du bronzage et semblent plus dangereux dans la survenue de lésions cancérigènes de la peau.

Pour se défendre contre les UV la peau produit un pigment qui filtre le soleil. Le bronzage est donc le système de défense de la peau face au soleil. Elle s’en défend également en augmentant l’épaisseur de ses couches, d’où une peau moins souples et des rides plus présentes.

  • Les rayons infrarouges, dont le nom provient de leur fréquence, inférieure à celle de la lumière rouge.

En pénétrant dans la peau ils la réchauffent en profondeur. Beaucoup plus nombreux que les UV, ils nous préviennent de l’excès de chaleur que notre corps subi et nous permettent alors de prendre conscience qu’il est temps de se mettre à l’abri

L’augmentation de la chaleur de la peau sous l’effet des infra-rouges est indispensable à la synthèse de la Vitamine D. En excès ils déclenchent également des cancers de la peau.

  • La lumière visible constitue la dernière mais importante partie des rayons solaires. Essentielle à la vie pour de multiples raisons, elle intervient également sur notre peau et en excès, est comme les UV et les infrarouges, à l’origine de la production de radicaux libres, ennemis de nos cellules et à l’origine de nombreux cancers.

Crèmes solaires : qu’en penser ?

 

Au départ les crèmes solaires ne protégeaient que contre les UVB, très faible partie des UV. Depuis quelques années elles filtrent également les UVA, soit une protection contre 5% du rayonnement solaire.

En revanchent elles ne protègent pas de la lumière visible à l’origine d’au moins 50% des lésions cutanées.

Les termes écran total ou protection totale sont désormais interdits par la législation européenne.

C’est donc de cette lumière visible qu’il faut le plus se méfier.

 Dans la mesure où elles ne permettent plus la rougeur d’arriver et de nous prévenir de l’excès d’exposition, les crèmes solaires apportent une fausse sécurité.

En revanche, bloquant la pénétration des UVB dans la peau elles empêchent la fabrication de la Vitamine D.

La meilleure façon d’obtenir et de garder un taux idoine de Vitamine D

 

Bien évidemment les recommandations seront un peu différentes en fonction de types de peau et de la latitude à laquelle on s’expose.

La limite à respecter est la rougeur de la peau. En fonction des heures et de la saison à laquelle vous vous exposer les rougeurs apparaîtront plus ou moins vite. Attention, encore une fois les crèmes solaires empêchent de rougir mais ne protègent pas de certains rayons du soleil. Elles sont donc trompeuses.

Quelques règles :

  • Exposer son corps au soleil, sans crème solaire, aussi longtemps qu’il ne rougit pas, ou qu’il ne chauffe pas trop, aussi largement que possible et tous les jours si possible. 
  • Attention aux situations, ventées ou d’entrées d’air humide qui peuvent être trompeuses.
  • Si vous aimez rester longtemps dehors, préférez les heures du matin ou du soir. 
  • Si vous aimez les heures du milieu de journée soyez plus vigilant.
  • Se protéger avec des vêtements adéquats ou de la crème solaire dans les situations plus délicates comme le bateau ou les sports de neige ou la réverbération est terrible.
  • Se mettre à l’ombre ou mettre un vêtement dès que l’on sent que la chaleur est trop forte pour la peau.
  • Sortir tous les jours même si il n’y a pas de soleil. La lumière visible vous procurera un peu de Vitamine D. En outre de très nombreux bienfaits, comme un meilleur sommeil, seront associés au fait de faire un tour dehors quelque soit la météo.

Vitamine D et toxicité

 

A très fortes doses, la vitamine D peut être toxique, mais l’on parle là de doses très très importantes de l’ordre de 50 000 à 150 00 UI par jour sur une longue période.

Nous sommes très loin des 2000UI ou même 4000UI souvent recommandées.

A noter que notre corps peut synthétiser en toute sécurité jusqu’à 10 000 UI lors d’une exposition du corps entier pendant 30 minutes.

En résumé

 

1- La Vitamine D est plus qu’indispensable à notre santé. La meilleure des façons d’en acquérir un taux idéal est l’exposition au soleil à réaliser avec certaines précautions.

2- L’alimentation est une bonne alliée.

  • Celle riche en anti-oxydants qui évitent la sur-oxydation des cellules ( fruits, légumes …)
  • Celle riche en poissons gras (sardines, maquereaux, saumon, foie de morue), eux -mêmes riches en Vitamine D. Les œufs, et les huitres constituent également une bonne source de VIt D.

3- Penser à  la complémentation dans les périodes sans soleil, soit du fait de la saison soit du fait d’une situation telle que maladie, convalescence etc …

La préférence des spécialistes va à la Vitamine D3 environ deux fois plus efficace que la Vitamine D2.

Profitez donc de l’été pour vous fabriquer un bon taux de vitamine D, votre corps vous en sera reconnaissant !

Si vous souhaitez d’autres conseils pour passer un été serein, vous pouvez profiter de la formation

AromaEté en offre spéciale Eté 2022 ici !

 

 

 

 

 

 

L’Huile Essentielle de Menthe poivrée la fraîcheur de l’été mais pas que …

 

Mentha piperita

Partie distillée : sommités fleuries

Principaux composants biochimimques : Monoterpénols, Cétones, Oxydes, Esters, Monoterpènes

Les principales propriétés de l’HE de Menthe poivrée

 

  • Antalgique
  • Anti-inflammatoire
  • anesthésiante
  • Anti-prurigineuse
  • Bactéricide
  • Virucide
  • Fongicide
  • Anti-vomitive
  • Anti-nauséeuse
  • Stimulante
  • Revigorante
  • Rafraichissante

Les principales indications de la Menthe poivrée

  • Migraines, douleurs de nuque
  • Douleurs
  • Chocs
  • Problèmes musculo-tendineux
  • Contusions
  • Nausées, vomissements, 
  • Mal des transport
  • Ballonnements
  • Insuffisance hépatique, pancréatique et biliaire
  • Piqûres d’insectes
  • Irritabilité
  • Manque de discernement
  • Colère

Une HE à utiliser avec parcimonie

 

L’HE de Menthe poivrée est riche en cétones ( composants neurotoxiques) et en menthol qui apporte beaucoup de fraîcheur et parfois un effet glaçant si l’on en met trop.

Cette Huile Essentielle sera donc toujours utilisée avec parcimonie.

Par voie cutanée elle peut être déposée pure sur la peau mais pas plus d’une ou deux gouttes. Dans le cas de migraine par exemple on veillera à la déposer sur la tempe le plus loin possible des yeux et sur le dessus de la nuque. 

Mais elle entrera surtout en petite quantité dans une lotion à visée rafraichissante, pour les jambes lourdes par exemple en cas de grosse chaleur ou de long trajet ou pour prendre en charge un choc, une problématique musculo-tendineuse. Dans ce cas elle se mariera très bien avec l’HE de Lavande, anti-inflammatoire, antalgique, anti-spasmosdique.

En cas de problème digestif lourd ( diarrhée infectieuse, tourista …)une goutte dans un peu d’huile végétale en massage sur la zone du foie, associée avec de l’HE d’Origan compact (anti-bactérienne à large spectre) et l’HE de Lavande (anti-spamosdique et apaisante) sera de la plus belle aide.

En cas de mal des transport, de nausées, de vomissements en olfaction au flacon accompagné éventuellement d’une goutte diluée dans une cuillerée à soupe d’huile végétale en massage sur la zone du foie.

Une HE pour les adultes

L’Huile Essentielle de Menthe poivrée contenant des cétones est réservée aux adultes. Pour les enfants elle sera remplacée par la Lavande fine ou l’HE de Menthe bergamote.

Avec ces trois Huiles Essentielles, Lavande fine, Origan compact et Menthe poivrée, la trousse de voyage est déjà bien efficace.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’Aromathérapie de l’Eté, les Huiles Essentielles et les Hydrolats à emporter avec vous en fonction des différentes situations, vous pouvez profiter de la formation AromaEté, à un prix spécial Eté 2022.

Pour en savoir plus sur l’Aromathérapie de l’Eté,  cliquez ci-dessous et profitez si vous le souhaitez de l’offre spéciale sur  la formation AromaEté

offre spéciale été 2022

Pour aller plus loin dans l’Aromathérapie nos formations vous proposent plusieurs solutions. C’est ici !

 

Les formations de Menthe et Lavande

 

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

L’Huile Essentielle de Lavande fine, une alliée qui va de soi, mais pourquoi ?

Lavandula angustifolia

Partie distillée : sommités fleuries

Principaux composants biochimiques : Esters, Monoterpénols, Monoterpènes, Oxydes

Fleuron de l’Aromathérapie l’Huile Essentielle de Lavande fine, dite aussi vraie ou officinale n’est finalement pas autant utilisée qu’elle pourrait l’être. 

Polyvalente et douce

 

En effet très polyvalente ( les composants cités ci-dessus font partie des principaux, d’autres, très nombreux, sont présents mais en des proportions moins importantes) et d’une belle innocuité elle peut servir à tout le monde et dans de très nombreuses situations sans difficultés. Pour autant le réflexe n’est pas là, j’ai eu très souvent l’occasion de vérifier cela. Beaucoup de gens oublient tout ce qu’elle peut nous apporter.

Attention ne la confondez pas avec les Huiles Essentielles de Lavandin super ou de Lavande aspic qui contenant du camphre, ne peuvent pas servir à prendre en charge les problèmes des enfants.

Les principales propriétés de l’HE de Lavande fine

  • Antibactérienne
  • Antivirale, stimulante immunitaire
  • Antimycosique
  • Fébrifuge
  • Régénérante cutanée
  • Anti-inflammatoire
  • Antispasmodique
  • Régulatrice de la tension artérielle
  • Répulsive
  • Rééquilibrante 
  • Apaisante
  • Stimulante et vivifiante si nécessaire

Les indications de l’Huile Essentielle de Lavande fine

Toute infection cutanée (antibactérienne, anti-inflammatoire, régénérante cutanée)

  • Acné, boutons, piqûre, plaie, blessure, brûlure

Toute infection ORL ( Anti-inflammatoire, antibactérienne, antalgique)

  • Bronchite
  • Angine
  • Otite
  • Sinusite

Tout problème articulo-musculo tendineux ( anti-inflammatoire, antalgique, antispasmodique)

  • Arthrite
  • Courbatures
  • Crampe
  • Tensions musculaires diverses
  • Entorse

Problèmes d’ordre circulatoire

  • Œdème 
  • Escarres
  • Cicatrices
  • Radiodermite

Problème de la sphère uro-génitale

  • Cystite
  • Troubles menstruels
  • Syndrome de la Ménopause
  • Préparation à l’accouchement

Problèmes de la sphère émotionnelle

  • Episodes dépressifs
  • Angoisses / Anxiété
  • Phobies
  • Nervosité
  • Crise pubertaire

Une Huile Essentielle de qualité

 

Un point très important à respecter absolument si vous voulez vous assurer d’obtenir et l’innocuité et les propriétés dont nous avons parlé plus haut. 

L’Huile Essentielle de Lavande fine étant très demandée, elle est de plus en plus produite de façon industrielle non respectueuse d’une distillation de qualité, diluée, ou mélangée à d’autres. 

Il est donc fondamental de vous fournir sur des sites ou chez des distillateurs de confiance. Au risque sinon d’avoir au mieux des résultats décevants au pire des effets secondaires inattendus. Voir ici une liste de producteurs de qualité.

En résumé : en vacances ne cherchez pas à emmener avec vous 30 Huiles Essentielles mais celle de Lavande fine fera partie de votre trousse

Si nous aimons avoir avec nous de nombreuses Huiles Essentielles pour adapter au mieux la prise en charge de nos problèmes, en vacances il vaut mieux voyager léger. L’HE de Lavande fine vous rendra la plupart des services dont vous avez besoin, accompagnée de celle d‘Origan compact, elles formeront déjà un beau duo. Celle de Menthe poivrée viendra les compléter efficacement.

Pour en savoir plus sur l’Aromathérapie de l’Eté,  cliquez ci-dessous et profitez si vous le souhaitez de l’offre spéciale sur  la formation AromaEté

offre spéciale été 2022

Pour aller plus loin dans l’Aromathérapie nos formations vous proposent plusieurs solutions. C’est ici !

 

Les formations de Menthe et Lavande

 

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

L’Huile Essentielle d’Origan compact un must have pour vos vacances

Origanum compactum

Partie distillée : sommités fleuries

Composants biochimiques : carvacrol, thymol, alcools, terpènes

Une Huile Essentielle pour les adultes

Composée principalement de molécules de la famille des phénols, l’HE d’Origan compact, comme toutes les HE qui contiennent une grande proportion de ces composants est un peu délicate à utiliser puisque dermocaustique et potentiellement hépatotoxique si prise à de trop fortes doses et / ou sur du long terme.

Elle est donc réservée à l’adulte et dans des conditions particulières.

Les propriétés de l’HE d’Origan compact

  • Antibactérienne puissante à large spectre d’action
  • Antivirale et stimulante immunitaire
  • Fongicide
  • Antimycobactérienne

Les indications de l’HE d’Origan compact

Toute infection

  • De la sphère cutanée
  • de la sphère digestive
  • De la sphère urinaire
  • De la sphère respiratoire

Elle sera donc utilisée pour

  • Les pathologies cutanées telles que : mycoses, abcès, panaris, furoncle, gale …
  • Les pathologies des voies respiratoires telles que : bronchite, angine, grippe …
  • Les pathologies urinaires telles que : infection urinaire, cystite, néphrite
  • Les pathologies digestives telles que : diarrhée infectieuse, dysenterie, tourista …

Les voies d’application

  • Par voie externe l’HE d’Origan compact étant particulièrement dermocaustique elle sera diluée au moins à 20 % ce qui signifie par exemple 2 gouttes d’HE pour 10 gouttes d’huile végétale et sur une petite surface.
  • par voie interne pour les problèmes digestifs et urinaires, le mieux est d’utiliser les gélules qui existent et qui son bien dosées. Si vous n’en trouvez pas, diluez une goutte d’HE dans 10 ml soit une cuillerée à soupe d’huile d’olive, mélangez bien. Normalement une à deux prises suffisent.

Une HE délicate d’utilisation mais ne vous en privez pas pour autant

Comme vous l’avez compris l’HE d’Origan compact est puissante et donc un peu délicate à utiliser. Pour autant il ne faut pas vous en priver si la situation le demande car elle vous rendra de grands services et sauvera peut être vos vacances comme elle l’a fait pour beaucoup d’autres !

Pour en savoir plus sur l’Aromathérapie de l’Eté profitez de la formation AromaEté

offre spéciale été 2022 ici

Pour aller plus loin dans l’Aromathérapie nos formations vous proposent plusieurs solutions. Voyez ici :

Les formations de Menthe et Lavande

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

Détox de Printemps, pourquoi, comment : les 4 clés pour la réussir

 

L’hiver touche à sa fin et l’on voit sur tous les médias, réapparaître des articles préconisant la cure DETOX du printemps.

Cependant, autant l’idée de réaliser une cure de détoxification à la fin de l’hiver est tout à fait bienvenue, autant il ne faut par faire n’importe quoi.

Au mieux cela ne servirait à rien, au pire cela serait nocif

 

Voici donc les 4 clés pour réussir votre cure de détoxification printanière.

  1. Comprendre ce qu’est une cure détox, à quels moments elle est la bienvenue et pourquoi c’est le cas au Printemps.
  2. Reconnaître les signes d’un organisme intoxiqué.
  3. Adopter la bonne démarche de détoxification  en fonction de vos besoins. 
  4. Fuir les cures express
  •  

1.Comprendre la cure Détox

 

Une cure détox est un protocole mis en place pendant quelques semaines pour aider le corps à éliminer toutes les toxines qu’il a accumulées et qui l’empêchent de fonctionner correctement, provoquant ainsi différents types de pathologies.

A quelles occasions une cure détox est-elle recommandée en général  et pourquoi chaque année au Printemps en particulier ?

Notre corps fonctionne bien s’il n’est pas encrassé par des éléments extérieurs qui le bloquent et l’intoxiquent. une cure détox est donc la bienvenue par exemple lorsque l’on a été dans l’obligation de prendre des molécules chimiques et que notre foie en est chargé. Il peut également être intéressant d’en faire une lorsque nous avons été soumis à de fortes émotions. Car elles aussi engorgent notre organisme et il nous faut les éliminer.

L’hiver est une saison propice à emmagasiner toutes sortes de toxines sans prendre de soin de les éliminer vraiment. Le froid, l’humidité, le manque de soleil, nous poussent plus à rester chez nous, à manger et à ruminer qu’à sortir pour assainir et notre corps et notre émotionnel.

C’est pourquoi il est intéressant de proposer à notre corps une cure de détoxification à l’entrée du Printemps.

Les déchets que notre organisme doit éliminer sont de deux origines : 

Les déchets endogènes qui proviennent du fonctionnement interne du corps, Ce sont entre autres les cellules mortes, les  globules blancs et rouges usagés, minéraux usagés …

Les déchets exogènes qui sont d’origine :

  • alimentaire : suralimentation, pesticides, engrais, excès divers (sucres, graisses, alcool, café, sel).
  • médicamenteuse : une fois que le médicament a fait son travail, l’organisme doit l’éliminer. C’est une tâche particulièrement compliquée pour lui, il est important de l’y aider.
  • environnementale : pollution de l’air, peintures, métaux lourds,
  • émotionnelle : stress, angoisses, tristesse, déprime.

Les émotions sont beaucoup plus polluantes pour notre corps que nous ne le pensons. Elles constituent sans doute la première cause de dysfonctionnement de nos émonctoires dont l’énergie se bloque chaque fois que nous ressentons une émotion forte.

Un ingénieux système d’élimination des déchets.

La nature est bien faite, elle a tout prévu pour que notre organisme puisse évacuer facilement les déchets qu’il accumule.

Il les élimine, principalement grâce aux  cinq émonctoires prévus à cet effet, à savoir:

  • le foie
  • les reins
  • les intestins
  • les poumons
  • la peau

Quatre autres émonctoires, dits « secondaires », les aident.

  • les glandes salivaires
  • l’utérus
  • les glandes lacrymales
  • les amygdales

2. Reconnaître les signes d’un organisme intoxiqué

 

Lorsque le corps est en bonne santé et qu’il ne croule pas sous l’afflux d’agents pathogènes, tous ces émonctoires peuvent fonctionner tranquillement et garder ainsi le corps en équilibre.

En revanche si l’un de ces émonctoires est défaillant ou si les déchets sont trop nombreux, tous les émonctoires sont très sollicités, et n’arrivent plus à remplir leur rôle correctement. Les tissus s’engorgent et le corps commence à donner des signes d’encrassement, comme:  

  • des maladies ORL régulières: rhume, rhinite, sinusite,
  • des problèmes de peau: boutons, acné, eczéma,
  • des problèmes de circulation: hémorroïdes, saignements,
  • des problèmes digestifs: constipation, diarrhée, maux de tête
  • des problèmes articulaires, tendineux, musculaires …
  • une fatigue chronique
  • des vertiges
  • un manque d’énergie …

Si ces symptômes ne sont pas à associer systématiquement à un excès de toxines, s’ils sont présents relativement souvent, de façon chronique et / ou associés, il se peut fort que cela en soi la cause.

3. Adopter la bonne démarche en fonction des besoins réels de votre organisme

Nous ne sommes pas égaux face aux toxines et surtout face à la façon dont notre organisme va les traiter. 

Reconnaitre quel émonctoire est en difficulté en fonction des symptômes, est important pour adapter votre cure détox.

Voyons quels symptômes associer à quel émonctoire.

 

Il élimine certains déchets organiques, comme l ‘ammoniaque, une part des globules rouges et blancs altérés par le vieillissement. Il neutralise certaines substances toxiques contenues dans le sang, filtre les déchets du sang et les élimine, via la bile qu’il envoie dans les intestins.

Un foie surchargé provoquera des symptômes tels que :

  • maux de tête (les plus courants),
  • digestion lente,
  • nausées,
  • réveil nocturne entre 1 et 3h du matin, au moment où le foie est à son travail maximum.
  • Les intestins éliminent les déchets non digestibles produits par l’organisme.

Des intestins surchargés provoqueront principalement

  • de la constipation,
  • des spasmes et des colites,
  • des ballonnements,
  • le syndrome du colon irritable ( même si l’origine de celui-ci est multiple).
  • Les reins éliminent, via les urines les déchets qu’ils trouvent dans le sang et les excès de minéraux.

Un dysfonctionnement dans l’élimination par les reins aura comme conséquences possibles :

  • Des œdèmes des pieds et chevilles, éventuellement des extrémités.
  • Des douleurs articulaires, tendineuses et / ou musculaires (du fait de l’excès d’acide urique),
  • Des crampes régulières.

 

  • Les poumons éliminent les déchets gazeux provenant des combustions organiques et filtrent l’air, protégeant ainsi l’organisme des nombreuses substances toxiques présentes dans l’air.

Des poumons surchargés sont indiqués par :

  • une production de mucus épais dans la sphère ORL et bronchique 
  • des sinus douloureux
  • des maux de tête
  • éventuellement des allergies dues à  dérèglement de l’immunité du fait de la non évacuation des toxines par la voie respiratoire.
  • La peau élimine l’excès de chaleur, mais également le sébum et une partie des substances chimiques ou des bactéries auxquelles le corps est exposé.

Les problématiques cutanées sont le reflet d’une surcharge des émonctoires principaux que sont le foie et les intestins. Il s’agira alors de prendre en compte ces émonctoires en premier et de les aider en stimulant le travail d’élimination de la peau.

En conclusion

 

Notre corps est une machine incroyable, pour peu que nous lui en laissions la possibilité.

Dans la société actuelle, notre mode de vie, notre alimentation, notre environnement, nos émotions ne lui en donnent guère les moyens.

Si nous n’y prenons garde, il se grippe et c’est alors que nous comprenons que nous avons besoin de lui.

Prendre soin de nos émonctoires est une des clés d’un Bien-être et d’une santé physique et émotionnelle durable.

Pour en savoir plus sur la démarche à suivre cliquez sur le lien ci-dessous :

Cinq étapes pour une cure détox réussie

 

 

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

Pour faire des Huiles Essentielles vos alliées au quotidien :

Nos formations en ligne

Des émonctoires en forme, les étapes simples mais indispensables, les Hydrolats et les Huiles Essentielles

 

Une cure de détoxification peut demander plus ou moins de travail à l’organisme et le fatiguer plus qu’autre chose si l’on ne suit pas certaines étapes.

Il est important de ne pas vouloir tout faire en même temps et de laisser l’organisme éliminer tranquillement.

Pour ce faire on choisira de stimuler d’abord :

 

  • La sphère intestinale
  • La sphère hépatobiliaire puis,
  • Les reins et la peau

Ceci pour éviter une surcharge de la sphère rénale et des problématiques cutanées qui pourraient advenir si le travail de drainage de la peau était trop stimulé alors que le corps est encrassé.

 

1.Epurer les intestins

 

 

Le foie, organe clé, qui possède plusieurs centaines de fonctions et les intestinsparce qu’ils fournissent un gros travail d’évacuation des déchets.

Quelques astuces de l’Aromathérapie pour vous aider :

Avec les Hydrolats : Dans son ouvrage : « Hydrolathérapie , guérir avec les eaux subtiles des plantes », Lydia Bosson préconise les hydrolats de :

  • Basilic doux à linalol
  • Bergamote
  • Achillée Millefeuille

Une cuillerée à soupe du mélange dans une tasse d’eau chaude ou un peu de jus de pomme à prendre avant les repas.

Avec les Huiles Essentielles

  • HE de Gingembre
  • He de Coriandre
  • He de Basilic exotique 

Une à deux gouttes de l’une ou de l’autre dans une cuillerée à café d’huile végétale ou de gel d’Aloe vera en massage sur la sphère intestinale deux à trois fois par jour.

2. Drainer la sphère hépato-biliaire 

 

Lorsque le foie et la vésicule biliaire ne fonctionnent pas bien, plusieurs symptômes peuvent apparaître tels: migraines, surtout après les repas,  nausées, intolérance aux graisses, douleurs au niveau du foie, teint jaunâtre.

Comment renforcer cette sphène hépatobiliaire afin qu’elle fonctionne bien ?

Légumes et fruits

Certains fruits et légumes peuvent aider le drainage du foie et de la vésicule biliaire.

  • l’artichaut
  • le radis noir ( râpé seul, avec un peu de sel d’huile d’olive et de citron, ou mélangé aux salades)
  • le pissenlit, en salade.
  • le citron: en jus tous les matins pendant 15 jours. Attention cette cure n’est pas recommandée pour les personnes dont le terrain est acide. Dans le doute, préférez les légumes cités plus haut.

Tous ces légumes, excellents ainsi cuisinés, sont normalement présents sur les étals, et il ne faut pas s’en priver.

Mais si vous n’en trouvez pas, vous pouvez les consommer sous forme d’ampoules que l’on trouve en pharmacie ou dans les magasins bio.

Pour une action en profondeur, il est recommandé de compléter avec des plantes médicinales.

Plantes médicinales

Trois modes d’utilisation sont possibles:

1) en tisanes

2) en gélules, jus ou teintures mère

3) en Huiles Essentielles et Hydrolats

Les tisanes et autres supports sont tout à fait intéressants, mais je vais me concentrer sur les Hydrolats et les Huiles Essentielles, dont j’aime l’efficacité et la facilité d’utilisation.

Avec les Hydrolats

Avant de demander plus de travail à un organe un peu fatigué, il est indispensable de le fortifier. Les Hydrolats vont nous y aider.

De nombreux Hydrolats sont intéressants pour renforcer la sphère hépatobiliaire et l’activer. En voici deux parmi les plus connus :

  • L’Hydrolat de Romarin à verbénone : régénérant du foie, de la vésicule biliaire, du pancréas.
  • L’Hydrolat de Ledon du Groenland, régénérateur hépatique, pancréatique et rénal, décongestionnant

A prendre en cure, une cuillerée à soupe dans un litre d’eau à boire tout au long de la journée.

Avec les Huiles Essentielles

Plusieurs Huiles Essentielles peuvent intervenir de façon très efficace pour drainer le foie et la vésicule biliaire:

  • l’Essence de Citron jaune / Citrus limonum, dépurative hépatique
  • L’Huile Essentielle de Menthe poivrée / Mentha piperita recontsituante de la cellule hépatique
  • l’Huile Essentielle de Romarin à verbénone (ABV) / Rosmarinus officinalis, régulatrice hépatique

Une goutte sur un peu d’huile d’olive tous les matins

Deux autres Huiles Essentielles pourraient être utilisées : celle de Carotte cultivée et l’Huile Essentielle de Ledon du Groenland mais celles-ci ont également une action dépurative sur les reins, nous les garderons donc pour la suite.

 

Ces conseils sont bien évidemment contre-indiqués en cas de grossesse, d’allaitement et pour les enfants.

Il est possible que cette cure de détoxication vous provoque quelques  petits désagréments,  maux de tête, par exemple, c’est  signe que le corps se détoxifie, essayez de ne pas prendre d’anti-douleurs chimiques ! Si les douleurs sont importantes, utilisez l’Huile Essentielle de Menthe poivrée pour les soulager.

Cela peut également provoquer du fait d’un transit plus « fluide », un peu de diarrhée. Il vous suffit alors d’adopter votre alimentation mais c’est pareil, ne prenez pas de médicament pour la stopper, cela annihilerait tout le processus.

3. Renforcer et drainer la sphère rénale

 

Les reins sont sensés garantir l’épuration du sang, dont les déchets sont éliminés par l’urine.

Lorsque ceux-ci fonctionnent mal, la fréquence des mixions est peu importante, moins de cinq par jour, signe que l’organisme n’élimine pas assez, les urines ne sont pas très colorées, indiquant qu’elles contiennent peu de déchets.

Le rein est chargé d’éliminer les déchets apportés par le sang via les deux artères rénales.

L’urine est le résultat de cette filtration. elle est constituée de 95% d’eau et de 5% de déchets organiques comme l’urée et l’acide urique.

La qualité de l’épuration dépend de plusieurs critères :

    • la qualité de la membrane filtrante
    • la concentration et la nature des déchets : La première partie de votre cure DETOX a déjà éliminé quelques déchets.
    • la pression et le débit sanguins : une forte pression sanguine stimule les reins.
    • le volume sanguin et la vitesse de circulation du sang 
  • la température : les reins éliminent beaucoup mieux dans une température proche de 40°.
  • Des déchets oxygénés sont moins nocifs, car moins acides et plus faciles à éliminer.

Vous commencez à comprendre  que plusieurs possibilités s’offrent à vous, pour aider ce drainage rénal.

  •  La cure d’eau

Comme nous l’avons compris, plus vous sollicitez vos reins plus ils éliminent.

Le volume du sang devant rester stable, un gros apport de liquide,  stimule les reins  pour qu’ils  éliminent, via les urines, le surplus de liquide et donc le surplus de déchets. Le meilleur moyen est donc de continuer à boire plus que le corps ne le nécessite afin qu’il élimine ce surplus.

En fonction des possibilités au niveau de vos activités,  buvez de l’eau dès que vous le pouvez. Le minimum étant de 2 litres  par jour.

La chaleur aidant au travail rénal essayez de boire chaud.

Notez que le principe de la tasse d’eau chaude est très connue pour toutes ses vertus.

Et pour la potentialiser nous allons y ajouter les Hydrolats suivants :

  • L’Hydrolat de Carotte qui stimule le foie, le pancréas mais possède également des propriétés diurétiques qui nous intéressent.
  • L’Hydrolat de Cassis qui favorise l’élimination de l’acide urique et des lithiases urinaires.
  •  L’activité physique

Comme pour les drainages précédents, l’activité physique, augmentera votre pression sanguine, la chaleur de votre corps et l’oxygénation des déchets. On aurait tort de s’en priver!

  •  Les légumes 
  • le chou
  • le fenouil
  • l’oignon
  • le poireau
  • l’ortie

Tous ces légumes peuvent être consommés crus en salade, cuits, ou en décoction pour les trois derniers.

Mettre le légume entier dans 1/2 l d’eau et laisser bouillir entre 10 minutes pour le fenouil, 15 pour l’oignon et 30 pour le poireau. Filtrer et boire petit à petit.

 

  •  Les fruits
  • les cerises
  • les pêches
  • les pommes
  • le pamplemousse

Ces fruits, parmi d’autres sont diurétiques. Profitez de ceux qui se trouvent sur les étals de votre marché et non de ceux qui arrivent du bout du monde.

4. Penser à aider la peau dans son rôle de détoxification

La peau est le quatrième émonctoire particulièrement important à aider dans son travail.

C’ est un organe, vasculaire, contractile et nerveux qui entre en vibration avec les influences  extérieures. Toute stimulation et sollicitation  influence grandement l’élimination.

  • La friction sèche

Pour  stimuler la peau et supprimer les déchets. 

Avec un gant de crin ou une serviette assez rêche, frottez sur la plus grande partie du corps possible, quelques minutes, de préférence le matin, sur une peau sèche.

Si vous n’ en n’avez pas l’habitude, ne frottez pas trop fort les premières fois, puis accentuez au fur et à mesure des jours. Cette friction peut se faire tous les jours. Il est fort possible d’ailleurs, qu’une fois que vous aurez connu le bien-être qu’elle procure, vous y reveniez facilement.

  • Le bain chaud

Très efficace pour activer la peau grâce à une grosse sudation, il intensifie les métabolismes et accélère les échanges ce qui permet une bonne élimination.

On peut prendre un bain tous les jours pendant 2 à 3 semaines ou tous les 2 ou 3 jours pendant plusieurs mois. Le bain  se prend généralement le soir.

Le principe est de préparer un bain à 37° et une fois dedans de monter la température le plus possible, tout en restant dans une zone où l’on est à l’aise. il ne s’agit pas de se brûler ou d’avoir de mauvaises sensations. Ceci pendant une vingtaine de minutes ou plus si cela vous dit.

Deux bémols pour ce protocole.

Pour les personnes qui ont une tendance à un relâchement des tissus, ne pas rester trop longtemps et  terminer par une douche d’eau froide.

Pour celles atteintes de varices, faire un essai mais s’il semble amplifier le problème, ce qui ne sera pas forcément le cas, renoncer.

  •  Le sauna et/ou le hammam

Tout le monde connaît ces deux méthodes. Ne pas oublier de se rincer à l’eau froide, cela favorisera encore mieux les échanges.

  • L’exercice physique intense

Comme  vous l’avez compris, la sudation est une des meilleures méthodes d’élimination.

Une activité physique qui vous fait transpirer sera donc la bienvenue !

Vous avez maintenant quelques bonnes connaissances pour mettre en place votre cure de détoxification.

 

Si vous souhaitez être guidé dans la mise en place de cette détox saisonnière, profitez de la mini-formation AromaPrintemps, qui vous vous en dis encore plus et vous accompagne tout au long de votre cure.

 

 AromaPrintemps

 

 

 

Pour faire des Huiles Essentielles vos alliées au quotidien :

Nos formations en ligne

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

Cinq étapes indispensables pour une détoxification réussie

Réaliser une cure détox de bonne qualité nécessite de comprendre 4 clés que vous pouvez trouver ici :

Cure Détox, pourquoi, comment, les 4 clés pour la réussir

et de mettre en place 5 étapes indispensables.

Une cure de détoxification de l’organisme a pour objectif de l’aider à éliminer les toxines qu’il a accumulées au cours des mois, voir des années et qui l’empêchent de fonctionner selon son plus haut potentiel, quand elles ne lui provoquent pas des pathologies plus ou moins importantes.

  • Les cinq étapes que nous allons décrire aujourd’hui sont indispensables à observer. 
  • Stopper l’intoxication et alléger l’organisme
  • Adopter une alimentation hypotoxique
  • Donner du temps au temps.
  • Apporter des nutriments de qualité
  • Choisir une démarche de drainage adaptée

1.Stopper l’intoxication et alléger son organisme

Nous l’avons dans l’article précédent, les toxines que nous accumulons proviennent :

de ce qui entre dans notre organisme, à travers :

  • l’alimentation,
  •  l’air que nous respirons, 
  • les produits chimiques (médicaments en particulier) 

et de ce que nous fabriquons : 

  • déchets de notre métabolisme 
  • émotions (les émotions sont pourvoyeuses de grandes quantité de toxines).

Les déchets que nous produisons sont de deux sortes, les colles et les cristaux.

Les colles correspondent à  tout ce qui coule et qui colle, comme les glaires, les mucosités.

Elles proviennent d’une alimentation trop riche en

  • glucides (céréales,  pain, pâtes,…)
  • lipides ( graisse saturées) 
  • produits chimiques (médicaments, conservateurs..)

Les pathologies provoquées par les colles sont en général des maladies non douloureuses, mais qui coulent ou collent :

  • bronchite,
  • sinusite,
  • rhume, rhinite,
  • eczémas
  • acné,
  • catarrhes  de la peau et des voies digestives.

Les cristaux eux, sont des déchets durs et donc blessants ( acide urique, calculs rénaux, calculs biliaires), qui, lorsqu’ils s s’accumulent provoquent des maux douloureux comme  :

  • les calculs,
  • la goutte,
  • les problèmes d’articulation, (arthrite, arthrose…),
  • les problématiques tendineuses 
  • les eczémas secs,
  • le psoriasis…

Les cristaux sont provoqués par une alimentation trop riche en :

  • protéines animales,
  • produits laitiers,
  • sucre raffiné
  • légumineuses

Les médicaments peuvent également se révéler très acidifiants pour notre organisme et favoriser ainsi l’apparition de cristaux.

Stopper l’intoxication et alléger l’organisme.

Notre organisme est comme tout le monde et tout être vivant, il n’aime pas la violence.

Avant de lui demander d’éliminer les toxines accumulées, nous allons donc lui faciliter le travail en évitant de lui en apporter d’avantage et en l’allégeant le plus possible.

2. Adopter une  alimentation hypotoxique

– Supprimer tout produit à base de céréales. Ce sont très souvent des produits dénaturés. Si cela vous est trop difficile, préférez les céréales complètes et essayez de choisir celles qui ne contiennent pas ou peu de gluten, comme le riz et l’épeautre.

– Supprimer tout sucre raffiné, dans les boissons comme dans les desserts.

– Réduire la quantité de produit sucrant dans ce que vous mangez et si vous ne pouvez vous en passer, préférez le miel (mais le vrai !), le sirop d’agave ou la stevia.

– Réduire au maximum les charcuteries, elles contiennent très souvent du sucre, des graisses et du sel en excès.

Supprimer les cuissons à hautes températures.

 

Le but d’une diète de détoxification est d’éviter d’encombrer notre organisme de toxines délétères et d’éliminer celles qui y sont déjà.

 Elle s’appuie pour cela sur les principes de l’alimentation hypotoxique , basée sur l’ingestion de produits le moins transformés possible et donc le plus naturels possible.

Favoriser évidemment une nourriture d’une origine biologique, vous éviterez ainsi pesticides et autres produits chimiques qui impactent durablement votre organisme.

Les boissons excitantes comme le vin, le café ou le thé sont également déconseillées car fatigantes pour l’organisme.

3.Donner du temps au temps

Cette transition doit se faire sur plusieurs jours.

Il est important de ne pas brusquer votre organisme au risque sinon de vous retrouver avec de très fortes réactions que l’on nomme « réactions de détoxifications », comme des maux de tête, des vertiges, des problématiques cutanées  et d’autres encore.

En effet, votre organisme se trouvant boosté par l’absence d’aliments qui lui demandaient beaucoup de travail, va s’activer et c’est ainsi que vous risquez de vous retrouver avec ces symptômes de détoxification qui ne sont guère plaisants. En revanche si vous prenez une semaine pour éliminer petit à petit tous les aliments dont nous avons parlé plus haut, ce que l’on appelle la descente alimentaire se fera en douceur pour votre organisme et pour vous.

4. Apporter des nutriments de qualité

Les réactions de détoxification même si elles sont douces, provoquent beaucoup d’oxydation, surtout au niveau du foie qui travaille particulièrement.

Il faut donc lui apporter les nutriments nécessaires pour éliminer les radicaux libres qui sont produits.

  •  Manger des fruits et des légumes bio, riches en minéraux et vitamines
  • Adopter les crudités pour apporter au corps  les enzymes qu’ils contiennent
  • Utiliser le maximum d’épices et d’aromates tels qu’oignons, ail, mais aussi
  • Curcuma, gingembre, thym, romarin …ils aident à al digestion, la détoxification et la désinfection du système digestif. 
  • Ne pas se priver de noix e d’amandes qui apportent protéines, minéraux et bon gras.
  • Eviter les cuissons fortes et les grillades. Préférer la cuisson à la vapeur douce qui ne dénature pas les aliments.
    •Adopter les protéines végétales plus que les protéines animales.
    • En cas de protéines animales, préférer les viandes et blanches et les poissons plus digestes
  • Eviter les sauces trop lourdes, préférer huile d’olive et citron.
  • Eviter le plus possible bien sût toute  alimentation préparée industriellement.

Encore une fois cette descente alimentaire ne se fait pas en un jour. Il est important de laisser le temps à son organisme de s’y habituer.

Par ailleurs, qui dit descente alimentaire ne dit pas dénutrition.

Lorsque l’on souhaite effectuer une cure détox il ne faut pas être carencé.

Enfin une cure de détoxification peut produire beaucoup d’oxydation.

Il est donc important de veiller à son apport en anti-oxydants, entre autre à travers les fruits et les légumes.

5.Choisir une démarche de drainage adaptée. 

Voilà plusieurs que vous avez mis en place la diète hypoxique qui vous permet de ne plus intoxiquer votre corps.

Votre organisme a commencé sa détoxination mais il va avoir besoin que vous l’aidiez encore un peu plus en renforçant le travail des émonctoires mais les émonctoires eux-mêmes également.

En effet il ne serait pas bon de demander un surplus de travail sans apporter de renfort.

Vous allez donc utiliser toute une série d’aliments et d’aides naturelles pour redonner de la force à vos émonctoires et les inciter à travailler un peu plus.

Ce travail de drainage se fait dans un ordre particulier.

il faut entre autre éviter de surcharger le travail des reins qui pourraient être très vite très fatigués.

Nous allons donc commencer par renforcer et stimuler la sphère hépato-biliaire et la sphère intestinale.

Pour en savoir plus sur la mise en place du drainage de ces émonctoires cliquez sur le lien ci-dessous :

Des émonctoires en forme, les étapes, les Hydrolats et les Huiles Essentielles 

 

Pour faire des Huiles Essentielles vos alliées au quotidien :

Nos formatons en ligne

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

Equilibre émotionnel, comment gérer ces sentiments qui nous emprisonnent ?

 

Ce mois ci nous allons parler des sentiments !

Le 14 février s’est installé depuis plusieurs siècles comme la fête des amoureux. Les origines de cette fête sont floues et nous n’allons pas nous y attarder.

En revanche, nous allons en profiter pour parler de tous ces sentiments qui vivent en nous et qui nous font du bien ou pas.

 

1.Saisir la différence entre émotions et sentiments

 

Bien comprendre qu’un sentiment et une émotion ce n’est pas la même chose.

  • Pour le dictionnaire Larousse, le sentiment est un état affectif complexe et durable lié à certaines émotions ou représentations.

  • Alors que l’émotion est une réaction affective transitoire d’assez grande intensité, un trouble subit, une agitation passagère causés par un sentiment vif.

Une autre définition nous parle de l’émotion comme d’une « réaction du corps, psychophysiologique, cognitive et comportementale, totalement autonome. »

Le sentiment est plus un état d’esprit qui se produit en relation avec des intrants externes.

Il se présente plus comme un « ressenti » qui très souvent, pour les sentiments négatifs, nous induisent en erreur sur la réalité de la situation et nous amènent à prendre parfois des décisions qui nous jouent des tours.

 

2. Comprendre comment sentiments et émotions sont intimement liés

 

Lorsqu’un sentiment est installé, il provoque un certain nombre d’émotions en fonction des événements vécus.

Pour Antonio Damasio, prestigieux neuroscientifique d’origine portugaise qui a consacré une grande partie de sa vie à l’étude des bases neurologiques de l’esprit, les émotions peuvent se visualiser sur le corps alors que les sentiments sont une réalité symbolique.

  • Pour exemple, le sentiment d’impuissance, jusqu’à présent « invisible », sera rendu visible sur le corps à travers l’expression d’émotions très diverses comme la peur, la colère ou l’exaspération.

Une émotion est donc l’expression extérieure d’un sentiment qu’il sera intéressant d’aller observer et comprendre.

  • Une personne emplie du sentiment de frustration par rapport à la vie, réagira, face au même événement, totalement différemment d’une personne qui ne s’est jamais sentie flouée.

En d’autres termes, les sentiments peuvent, si nous n’y prenons garde, nous installer dans une « prison » dont nous ne sommes pas forcément conscients et qui a comme conséquence que les mêmes situations se reproduisent régulièrement dans notre vie. Lorsque ce sont des situations qui nous plaisent, tout va bien, lorsque c’est le contraire …

 

3. Observer ses sentiments, les comprendre afin d’avancer.

Aller regarder ces sentiments, les observer et les prendre en charge, est le meilleur moyen de grandir et d’avancer.

Heureusement il y a de nombreuses possibilités pour le faire.

L’Aromathérapie énergétique est un moyen phare et c’est de cela que nous allons parler ce mois-ci.

4.Saisir et entretenir ces sentiments qui nous portent

 

  1. L’amour : qui fait ressortir le meilleur de nous-mêmes.
  2. L’espoir : qui donne confiance en la réalisation de ce que à quoi l’on aspire.
  3. La satisfaction : sentiment qui survient après la réalisation de quelque chose qui nous convient et  qui stimule la confiance.
  4. Le bien-être : qui nous enveloppe de sérénité.
  5. L’enthousiasme : qui stimule en nous de profondes forces de réalisation. L’enthousiasme peut « déplacer des montagnes ».

Tous ces sentiments sont porteurs,  il est important de les reconnaître et de les cultiver autant que possible.

5. Reconnaître ces sentiments qui nous plombent et en saisir l’opportunité

 

  1. La tristesse :  sentiment qui vient avec une douleur émotionnelle et provoque un grand inconfort, qui peut s’installer de façon un peu trop pérenne.
  2. La culpabilité : qui, si elle n’est pas fondée provoque de grands dégâts et sur le physique et sur le physiologique.
  3. L’urgence : sentiment la plupart du temps erroné et qui trompe beaucoup d’entre-nous, d’où burn-out et autres maladies professionnelles.
  4. La frustration : sentiment très répandu, souvent non fondé et qui, un peu paradoxalement, empêche la personne qui y est soumise de faire ce qu’il faut pour ne plus le vivre.
  5. L’indignation : sentiment très puissant qui peut être totalement fondé, et pour autant, s’il n’est pas accompagné de réflexion peut être très destructeur.
  6. L’embarras : qui provient souvent de suppositions, et donc de croyances qui nous limitent.
  7. L’impuissance : parmi les plus difficiles à gérer car il nous prive de la possibilité d’agir.
  8. La vulnérabilité : qui englobe des sentiments de fragilité, d’impuissance, de sensibilité et d’insécurité.

Ces sentiments là, sont particulièrement destructeurs et pourtant parfois très très profondément ancrés en nous.

Comprendre ce que sont ces sentiments, comment ils sont venus s’installer en nous de façon un peu pernicieuse et comment les apprivoiser pour les dépasser et sortir de nos émotions réflexes qui y sont liées, voici un sujet !

Les Huiles Essentielles et les Hydrolats pour transformer nos sentiments installés en nous depuis si longtemps !

Encore une fois les Huiles Essentielles et les Hydrolats vont bien nous y aider.

Nous en parlerons lors d’une conférence qui aura lieu le jeudi 24 février prochain à 18h00. 

Si cela vous intéresse, vous pouvez vous y inscrire en cliquant sur le bouton ci-dessous;

Je vous dis à très vite !

Pour celles et ceux qui ne pourront être présents au direct il y aura bien sûr un replay.

Pour faire des Huiles Essentielles vos alliées au quotidien :

Nos formations en ligne

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

Ce mois ci nous allons parler des sentiments !

Le 14 février s’est installé depuis plusieurs siècles comme la fête des amoureux. Les origines de cette fête sont floues et nous n’allons pas nous y attarder.

En revanche, nous allons en profiter pour parler de tous ces sentiments qui vivent en nous et qui nous font du bien ou pas.

1.Saisir la différence entre émotions et sentiments

Bien comprendre qu’un sentiment et une émotion ce n’est pas la même chose.

  • Pour le dictionnaire Larousse, le sentiment est un état affectif complexe et durable lié à certaines émotions ou représentations.

  • Alors que l’émotion est une réaction affective transitoire d’assez grande intensité, un trouble subit, une agitation passagère causés par un sentiment vif.

Une autre définition nous parle de l’émotion comme d’une « réaction du corps, psychophysiologique, cognitive et comportementale, totalement autonome. »

Le sentiment est plus un état d’esprit qui se produit en relation avec des intrants externes.

Il se présente plus comme un « ressenti » qui très souvent, pour les sentiments négatifs, nous induisent en erreur sur la réalité de la situation et nous amènent à prendre parfois des décisions qui nous jouent des tours.

 

2. Comprendre comment sentiments et émotions sont intimement liés

Lorsqu’un sentiment est installé, il provoque un certain nombre d’émotions en fonction des événements vécus.

Pour Antonio Damasio, prestigieux neuroscientifique d’origine portugaise qui a consacré une grande partie de sa vie à l’étude des bases neurologiques de l’esprit, les émotions peuvent se visualiser sur le corps alors que les sentiments sont une réalité symbolique.

  • Pour exemple, le sentiment d’impuissance, jusqu’à présent « invisible », sera rendu visible sur le corps à travers l’expression d’émotions très diverses comme la peur, la colère ou l’exaspération.

Une émotion est donc l’expression extérieure d’un sentiment qu’il sera intéressant d’aller observer et comprendre.

  • Une personne emplie du sentiment de frustration par rapport à la vie, réagira, face au même événement, totalement différemment d’une personne qui ne s’est jamais sentie flouée.

En d’autres termes, les sentiments peuvent, si nous n’y prenons garde, nous installer dans une « prison » dont nous ne sommes pas forcément conscients et qui a comme conséquence que les mêmes situations se reproduisent régulièrement dans notre vie. Lorsque ce sont des situations qui nous plaisent, tout va bien, lorsque c’est le contraire …

 

3. Observer ses sentiments, les comprendre afin d’avancer.

Aller regarder ces sentiments, les observer et les prendre en charge, est le meilleur moyen de grandir et d’avancer.

Heureusement il y a de nombreuses possibilités pour le faire.

L’Aromathérapie énergétique est un moyen phare et c’est de cela que nous allons parler ce mois-ci.

4.Saisir et entretenir ces sentiments qui nous portent

  1. L’amour : qui fait ressortir le meilleur de nous-mêmes.
  2. L’espoir : qui donne confiance en la réalisation de ce que à quoi l’on aspire.
  3. La satisfaction : sentiment qui survient après la réalisation de quelque chose qui nous convient et  qui stimule la confiance.
  4. Le bien-être : qui nous enveloppe de sérénité.
  5. L’enthousiasme : qui stimule en nous de profondes forces de réalisation. L’enthousiasme peut « déplacer des montagnes ».

Tous ces sentiments sont porteurs,  il est important de les reconnaître et de les cultiver autant que possible.

5. Reconnaître ces sentiments qui nous plombent et en saisir l’opportunité

  1. La tristesse :  sentiment qui vient avec une douleur émotionnelle et provoque un grand inconfort, qui peut s’installer de façon un peu trop pérenne.
  2. La culpabilité : qui, si elle n’est pas fondée provoque de grands dégâts et sur le physique et sur le physiologique.
  3. L’urgence : sentiment la plupart du temps erroné et qui trompe beaucoup d’entre-nous, d’où burn-out et autres maladies professionnelles.
  4. La frustration : sentiment très répandu, souvent non fondé et qui, un peu paradoxalement, empêche la personne qui y est soumise de faire ce qu’il faut pour ne plus le vivre.
  5. L’indignation : sentiment très puissant qui peut être totalement fondé, et pour autant, s’il n’est pas accompagné de réflexion peut être très destructeur.
  6. L’embarras : qui provient souvent de suppositions, et donc de croyances qui nous limitent.
  7. L’impuissance : parmi les plus difficiles à gérer car il nous prive de la possibilité d’agir.
  8. La vulnérabilité : qui englobe des sentiments de fragilité, d’impuissance, de sensibilité et d’insécurité.

Ces sentiments là, sont particulièrement destructeurs et pourtant parfois très très profondément ancrés en nous.

Comprendre ce que sont ces sentiments, comment ils sont venus s’installer en nous de façon un peu pernicieuse et comment les apprivoiser pour les dépasser et sortir de nos émotions réflexes qui y sont liées, voici un sujet !

Les Huiles Essentielles et les Hydrolats pour transformer nos sentiments installés en nous depuis si longtemps !

Encore une fois les Huiles Essentielles et les Hydrolats vont bien nous y aider.

Nous en parlerons lors d’une conférence qui aura lieu le jeudi 24 février prochain à 18h00. 

Si cela vous intéresse, vous pouvez vous y inscrire en cliquant sur le bouton ci-dessous;

Je vous dis à très vite !

Pour celles et ceux qui ne pourront être présents au direct il y aura bien sûr un replay.

Pour faire des Huiles Essentielles vos alliées au quotidien :

Nos formations en ligne

Important :

Toutes les informations données dans le cadre de cet article, comme dans celui de ce site, le sont à titre d’échange d’expérience et de connaissances.

Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un médecin si vous le jugez.

L’auteure décline toute responsabilité quand à une utilisation inappropriée et dangereuse de l’aromathérapie dans le cadre du quotidien.

Le sentiment d’impuissance ou la paralysie dans l’action

« Tant que les racines ne sont pas sèches, l’arbre n’est pas mort. » nous dit le Dalai Lama.

J’aime beaucoup cette citation, je la trouve totalement bienvenue pour vous parler aujourd’hui de l’impuissance, ce sentiment qui nous donne l’impression que plus rien n’est possible.

Tant que les racines ne sont pas sèches, il est possible de faire quelque chose. Or trop souvent nous pensons que les racines sont sèches et nous ne tentons rien.

Observer la nature : une leçon magnifique.

N’avez-vous jamais vu ces fleurs qui poussent même à travers le bitume, sensé représenter une carapace infranchissable ? Mais la plante ne s’est pas sentie impuissante. Une énergie vitale provenant du plus profond d’elle-même, lui a permis de faire ce qu’à priori elle n’aurait pas dû pouvoir réaliser.


Lire la suite...

Lorsque votre santé intestinale vous parle

La digestion au cœur de votre santé.

Ce titre, qui pourrait devenir un dicton, n’est pas là par hasard.

Lorsque nous parlons digestion, nous pensons en premier à la digestion des aliments que nous mangeons.

Mais en second lieu, vient la phrase : « Je n’arrive pas à digérer ce qu’il ou qu’elle m’a fait ». En effet, nos émotions, les événements de notre vie, nous devons les digérer également.

Et lorsque nous n’y arrivons pas totalement, alors notre système digestif dans sa totalité est atteint.

Notre système digestif est impacté et par notre alimentation et notre hygiène de vie, et par notre monde émotionnel et mental. Les deux sont entièrement liés.

Il alors très important de ne négliger ni l’un ni l’autre.


Lire la suite...
« Older Entries